La crise sanitaire a fait chuter fortement les accidents de travail. Puisque de nombreuses activités professionnelles ont été mises à l’arrêt pendant les phases de confinement, il y avait moins d’accidents du travail en 2021.

Depuis l’arrivée de la pandémie, il y a effectivement eu 17,7% de moins d’accidents du travail, 19,7% de moins d’accidents du trajet et 18,8% de moins de maladies professionnelles. Ce qui donne un bilan positif en termes d’accidents du travail 2021.

Comment expliquer la baisse du nombre d’accidents de travail ?

Depuis le mois de mars 2020, le nombre d’accidents du travail a justement connu une diminution impressionnante. On recense 539 833 accidents de travail, contre 655 715 en 2019.

Pour ce qu’il en est des accidents de trajet, les statistiques affichent le chiffre 79 428. Et pour les maladies professionnelles prises en charge, 40 219 cas ont été reconnus, contre 49 505 en 2019. La majorité de ces maladies professionnelles étaient des troubles musculo-squelettiques et les maladies professionnelles à effet différé ont également connu une baisse considérable.

Les seuls secteurs qui ont connu une importante augmentation de leur activité et de leur sinistralité sont les métiers de l’ambulance, les centrales d’achat et la vente à distance. Ces derniers ont été fortement très sollicités aussi bien pendant les phases de confinement que durant les phases de déconfinement. Il y a également les affections psychiques, notamment les troubles psychosociaux. On en dénombre 1 141 cas, soit une hausse de 37% par rapport à 2019.

Quid des salariés infectés par le Covid dans le cadre de leur métier ?

Par ailleurs, il est à savoir que depuis le 11 août 2020, l’assurance maladie – risques professionnels tient également compte des maladies professionnelles des salariés infectés par le Covid-19 dans le cadre de leur travail. Cet organisme a mis en œuvre un tableau de maladies professionnelles liées aux pathologies du coronavirus.

Il a aussi mis en place un comité composé de spécialistes en maladies professionnelles, d’infectiologues et de réanimateurs afin d’assurer l’expertise médicale des cas qui ne remplissent pas les conditions de prise en charge classiques.

De son côté, la direction des risques professionnels propose aussi son accompagnement et son soutien aux caisses primaires. Celle-ci intervient dans le but d'assurer un bon suivi des demandes entrantes.

En septembre 2021, 1 690 sur 5 018 dossiers ont été pris en charge par l’assurance maladie – risques professionnels. Ainsi, on ne peut donc pas dire que cette entité ne reconnaît pas le Covid-19 en maladie professionnelle. Elle s’est même mobilisée avec d’autres organisations pour sensibiliser les entreprises aux protections contre les accidents du travail de leurs employés et contre le nouveau virus.

Laisser un commentaire

Connexion


Prev

Normes de sécurité...
mars 11, 2022